Israel montre sa bobine

Le Festival du Cinéma Israélien de Paris, édition 2011

Publicités

La tradition initiée par Charles Zrihen il y a maintenant onze ans continue.

Le festival Isratim vous donne rendez-vous du 23 au 29 mars prochains. Au programme, comme toujours, les perles de la production cinématographique israélienne de ces douze derniers mois.

Côté fiction, parmi les long-métrages présentés cette année, je recommande très chaudement ‘The Matchmaker‘ (Réalisé par Avi Nesher – Titre original: Pa’am Hayyiti), subtil essai sur les coulisses de l’amour, version mariage arrangé. L’histoire se passe à Haïfa, en 1968 et retrace l’histoire d’Arik, jeune adolescent, et Yankele, survivant de l’Holocauste. C’est fin, c’est juste, c’est à ne pas louper.

Grande nouveauté de cette année, le festival a ouvert ses portes à l’animation, avec une sélection de 21 court-métrages, tous réalisés par des étudiants de l’école d’animation Bezalel. Parmi mes favoris, ‘Miracle Lady’, réalisé en stop-motion, qui raconte l’histoire de deux mamies, voisines de palier. Elles passent leurs journées à attendre qu’un miracle les libère de leurs destins. Voici le film, en version originale sous-titrée en anglais;

Comme chaque année, le festival a prévu une sélection de documentaires, mais n’en ayant vu aucun, je serais bien en peine de vous conseiller. Si vous avez la chance d’assister au festival et de voir l’un ou plusieurs de ces films, chers Israélobobinautes, je vous encourage à partager vos pensées sur ce petit blog.

Liens Utiles:
>> Site du festival 2011
>> Calendrier du festival 

Publicités

Publicités