Feeds:
Articles
Commentaires

NEWS. L’Etat hébreu continue sa politique d’ouverture au cinéma. La Knesset (parlement israélien) a voté au début du mois de septembre une loi qui facilite la production et la réalisation de films étrangers sur le sol israélien.

Lire la suite »

D’une langue à l’autre‘, de Nurith Aviv, 2004, 55 min
Avec Meir Wieseltier, Agi Mishol, HaÏm Uliel, Aharon Appelfeld, Haviva Pedaya,
Salman Masalha, Amal Murkus, Evgenya Dodina et Daniel Epstein.
Présenté le 18 septembre 2008 à 19 h, au musée du Jeu de Paume (75008).

CRITIQUE. Si dans ‘Langue sacrée, langue parlée‘, Nurith Aviv évoque les paradoxes inhérents à l’hébreu (voir ma critique du film), dans ‘D’une langue à l’autre‘, elle pose la question du rapport entre la langue de l’immigrant (artisan de l’Etat d’Israël) et l’hébreu, indissociable de la construction du sionisme. Problématique passionnante s’il en est, qui touche directement la réalisatrice, comme elle l’explique dans les premières minutes du film :

Lire la suite »

Nurith Aviv

INTERVIEW. Du 16 au 23 septembre, une rétrospective Nurith Aviv sera présentée au Musée du jeu de Paume à Paris, accompagnée de débats, en présence de personnalités et de Nurith Aviv. Cette réalisatrice israélienne d’origine allemande a été chef-opératrice pour, entre autres, Amos Gitaï, Agnès Varda ou encore René Allio. Depuis une quinzaine d’années, elle a réalisé une dizaine de films autour de la question de la langue, de la transmission et de la perte. Parmi les plus célèbres, ‘D’une langue à l’autre‘ (2004), ‘Circoncision‘ (2000), ou encore ‘Langue sacrée, Langue parlée‘ (2008).

  • Pourquoi avez-vous décidé de passer derrière la caméra pour réaliser vous-même des films ? Cela répondait-il à une frustration ? Lire la suite »

Chers Israélobobinautes, ou passants occasionnels qui vous intéressez au cinéma israélien,

Merci pour votre fidélité infaillible durant ces deux derniers mois, puisque même sans publication de nouvel article, les visites, les inscriptions à  la newsletter et les commentaires ont continué à bon rythme sur le blog. Heureusement que vous êtes là pour assurer quand je m’absente… Lire la suite »

‘Les Sept Jours’ de Ronit et Shlomi Elkabetz, France/Israël, 2008
Titre original : ‘Shiva
Avec Ronit Elkabetz, Moshe Ivgy, Yaël Abécassis, Hanna Lazlo…etc.
Sortie officielle en France : 02 juillet 2008

CRITIQUE. On pleure et l’on gémit. On gesticule et l’on s’effondre. L’un des neuf frères de la famille Ohayon, juive et d’origine marocaine, est mort. Frères, sœurs, mère, tantes, belles-sœurs et beaux-frères sont venus pleurer cette disparition au cimetière. Commence alors la longue période de deuil pour la famille, la shiva : sept jours d’enfermement dans la maison du défunt, sans sortir, sans se laver. Sept jours où, peu à peu, les liens du sang vont révéler leur véritable nature : rancunes et jalousies vont émerger progressivement jusqu’à exploser. Lire la suite »

Festival du film de Jérusalem

NEWS. Le Festival international du film de Jérusalem a été lancé hier, pour dix jours, à la cinémathèque et dans plusieurs salles de la ville. Vingt-cinq ans que le festival promeut le cinéma du monde entier à travers récompenses, projections dont certaines en plein air, et concerts.

Courts-métrages, longs, documentaires… etc, une cinquantaine de films seront en compétition, toutes catégories confondues. Israéliens pour la plupart.

A l’occasion des 60 ans de la création d’Israël, les organisateurs du festival ont décidé de rendre hommage aux victimes du naufrage de l’Exodus, en projetant le film du même nom (Otto Preminger, 1960), le mercredi 16 juillet.

Depuis 1999, le festival de Jérusalem est aussi l’occasion de poursuivre le projet ‘I am, you are’. Chaque été, des jeunes juifs israéliens et arabes musulmans sont rassemblés dans des ateliers de réalisation cinématographique. L’idée ? Permettre à chacun de se mettre à la place de l’autre, au moins le temps d’un tournage. Le 13 juillet, le public pourra voir le résultat de l’opération : une cinquantaine de courts-métrages.

PRESSE. Le Monde 2 propose cette semaine un très beau portrait de Ronit Elkabetz, l’actrice israélienne la plus célèbre en France (‘Prendre femme‘, ‘La Visite de la fanfare‘, ‘Mariage tardif‘, ‘Alila‘). Le 2 juillet, ‘Les sept jours‘, son dernier film, sortira sur les écrans français. Voici l’article du Monde 2 du 20 juin 2008, signé Samuel Blumenfeld :

 (>>> lire la critique d’Israël montre sa bobine sur Les Sept Jours)  

Ronit Elkabetz, l’étoile d’Israël

Elle a de nouveau vérifié, la veille, l’étalonnage de son nouveau film, Les Sept Jours (sur les écrans le 2 juillet), deuxième volet (après Prendre femme en 2004) de sa trilogie sur une famille israélienne originaire du Maroc, écrite et réalisée avec son frère Shlomi. L’après-midi, Ronit Elkabetz a passé des auditions pour le prochain film d’André Téchiné, dans lequel elle devrait tenir le rôle d’une avocate aux côtés de Catherine Deneuve. Lire la suite »

Langue sacrée, langue parlée‘, de Nurith Aviv, Israël, 2008, 73 mn.
Avec Haïm Gouri, Michal Govrin, Victoria Hanna, Ronit Matalon, Roy Greenwald, Etgar Keret, Yitzhak Laor, Shimon Adaf, Haviva Pedaya, Yehuda Ovadaya-Fetaya, Zali Gurevitch, Michal Naaman, Orly Castel-Bloom
Sortie en France : le 04 juin 2008 au cinéma Les Trois Luxembourg (Paris).

CRITIQUE. Explorer l’hébreu, psychanalyser la langue. Nurith Aviv l’a fait. Dans un cheminement qui va de Jérusalem-la-sainte à Tel-Aviv-la-profane, la réalisatrice nous embarque dans un voyage sur l’histoire et l’identité de la langue du peuple juif. Unique et réussi.

1897 : les frères Lumière envoient leur opérateur de vues et inventeur du travelling, Alexandre Promio, filmer le trajet du train qui relie Jaffa à Tel-Aviv. La même année, Theodor Herzl tient un congrès à Bâle qui donne le coup d’envoi au sionisme ; il n’imagine pas, alors, que l’hébreu deviendra la langue du pays qui naîtra cinquante ans plus tard. Lire la suite »

INTERVIEW. Xavier Nataf, est le directeur de Judaïciné, l’association qui coordonne en France les différents événements liés au cinéma israélien, dont le festival de Marseille…. Lire la suite »

NEWS. Ca fait neuf ans que ça dure, et cette année encore, c’est plein de bonnes surprises. Le festival Regards sur le cinéma israélien de Marseille se déroulera cette année au cinéma Les Variétés du 18 au 24 juin. Au programme, deux avant-premières :

– ‘Les Sept jours‘, de Ronit et Schlomi Elkabetz, dont la sortie officielle en France est prévue pour le 2 juillet prochain. Il s’agit du deuxième volet de la trilogie commencée en 2004 avec ‘Prendre Femme‘.
Lire la suite »

NEWS. C’est une bonne année parisienne pour la réalisatrice israélienne Nurith Aviv.

Du 4 au 26 juin, son dernier documentaire, ‘Langue sacrée, langue parlée, va être distribué au cinéma Les Trois Luxembourg. De nombreuses séances seront suivies de débats avec la réalisatrice et de nombreuses personnalités. Plus d’infos…

Et puis en septembre, du 16 au 23, la réalisatrice aura droit à une rétrospective au musée du Jeu de Paume. Au programme, notamment, les célèbres ‘D’une langue à l’autre‘ et ‘Un lieu, un travail‘, le nouveau ‘Langue sacrée, langue parlée‘, ou encore ‘Circoncision‘. Plus d’infos…

>> Lire l’interview de la réalisatrice Nurith Aviv
>> Critique de ‘Langue sacrée, langue parlée

>> Critique de D’une langue à l’autre

PRESSE. Présenté en compétition à Cannes jeudi dernier, le film d’Ari Folman, ‘Valse avec Bashir‘ a fait un carton. Sur ce film original -il s’agit d’un documentaire d’animation – et grave -il traite de la guerre du Liban de 1982 et des massacres des Palestiniens de Sabra et Chatila- les critiques ne tarissent pas d’éloges…

 

Lire la suite »

NEWS. Vendredi 30 mai, dans le cadre du colloque international « La littérature israélienne aujourd’hui : miroirs d’une société multiple », l’université de Lille-3 accueillera une conférence ayant pour thème la relation entre la littérature et le cinéma.

Prévue à 15h30, la conférence sera présentée par Yaël Munk (Open University, Israël) et s’intitulera : « De ‘Pour inventaire‘ de Ya’akov Shabtaï a ‘Deutéronome‘ de Gitaï« .

Le reste du colloque traitera de la littérature israélienne et sera co-organisé par l’université Charles de Gaulle Lille-3 et l’INALCO à Paris. Il se déroulera du 28 au 30 mai.

Au programme, diverses conférences sur le traitement du religieux, sur la voix féminine, sur la Shoah, sur la littérature israélienne non hébraïque…

>>> Télécharger le Programme du Colloque Littérature israélienne (.doc)
>>> En savoir plus…

NEWS. Comme chaque année maintenant, le cinéma israélien sera plutôt bien représenté à Cannes cette année. En sélection officielle et en compétition, ‘Valse avec Bashir‘, d’Ari Folman, un documentaire d’animation qui suit un ancien soldat israélien ayant participé à la guerre du Liban des années 80 et au massacre de Sabra et Chatila. La sortie officielle est prévue pour le 25 juin

Lire la suite »

Chers Israélobobinautes,

Il y a des périodes, comme ça, où on ne parvient plus à dégager du temps pour tout faire. Toutes mes excuses, donc si dernièrement, je n’ai pas écrit grand chose sur mon blog. Je dois notamment à certains d’entre vous quelques mots sur ‘Les Citronniers‘ d’Eran Riklis. Ils viendront.

Dans quelques jours, aussi, ce sera les soixante ans de l’Etat d’Israël. L’occasion de jeter un coup d’oeil sur le film d’Amos Gitai qui rappelle les débuts chaotiques de l’Etat hébreu : ‘Kedma‘.

Toutes mes excuses encore à ceux qui ont la gentillesse de visiter ce blog régulièrement pour cette période un peu creuse.

PRESSE. Le réalisateur Amos Gitai était l’invité de Laure Adler dans l’émission « l’Avventura », sur France Culture, le 30 avril.

Pour l’écouter, c’est par ici !

NEWS. Du 1er au 5 juin 2008, et grâce à un partenariat avec le Festival du film israélien de Paris de Charles Zrihen, se déroulera le Festival du film israélien de Montréal au Cinéma du Parc.

Il sera consacré – lui aussi – au soixantenaire de l’Etat d’Israël, et présentera une vingtaine de films, parmi lesquels ‘La Visite de la Fanfare‘, ‘Noodle‘…

PRESSE. Critiques mitigées pour le dernier Gitaï.

Petit tour d’horizon…

Lire la suite »

My father, my lord‘, de David Volach, Israël, 2007, 76 mn.
Avec Assi Dayan, Sharon Hacoen Bar et Ilan Grif.
Sortie : le 23 avril 2008 en France.

 

CRITIQUE. Il y a un nid sur une fenêtre de la yeshiva (école religieuse). Avec des oisillons et leur maman. Et puis il y a le rabbin, Abraham, qui pousse la mère à s’envoler, laissant les oisillons sans personne pour les nourrir, ni les protéger. Il y a aussi le fils du rabbin, Menachem, qui ne comprend pas. Qui demande pourquoi le père a fait cela. La réponse est simple : « la mitsvah du renvoi du nid » ; le père n’a rien fait d’autre que d’appliquer la loi divine. Le destin des oisillons doit être laissé entre les mains de Dieu. Décidément, l’enfant, porté par sa sensibilité naturelle et encore détaché de tout précepte exogène, ne comprend pas… Cette scène, infiniment cruelle, cristallise le combat mis en scène dans ce film : celui de l’humanisme face aux dogmes religieux. 

Lire la suite »

PRESSE. L’émission de Canal +, Focus, a consacré une chronique au cinéma israélien, avec des interventions d’Etgar Keret, Amos Gitaï, Ronit Elkabetz et Joseph Cedar. La diffusion a eu lieu au mois de mars dernier.

 

Désengagement‘, d’Amos Gitaï, Israël, 2007, 115 mn.
Dernier volet de la « Trilogie des Frontières »,
après ‘Terre Promise‘ et ‘Free Zone‘.
Avec Juliette Binoche (Ana), Liron Levo (Uli), Jeanne Moreau,
Amos Gitaï, Hiam Abbass et Barbara Hendricks.
Sortie officielle en France : le 09 avril.

 

CRITIQUE. L’entrée en matière est fulgurante. Un franco-israélien et une néerlando-palestinienne dans un couloir de train. Ils discutent, partagent une cigarette. « Rien de politique« , affirme l’une. « Oui, on est juste dans le même train ; il n’y a rien de symbolique là-dedans« , renchérit l’autre. Ces répliques sonnent comme un avertissement de début de film : « le film que vous allez voir est dépourvu de tout message politique ». Rien de symbolique, et pourtant, les deux personnages s’embrassent et ce faisant, abolissent les frontières.

Lire la suite »

PRESSE. Chaque numéro de Stiletto Homme (il n’y en a que deux par an) est consacré à un pays. A l’occasion des 60 ans de la création de l’Etat hébreu, le magazine qui entremêle mode et art, a choisi de consacrer de nombreuses pages aux artistes israéliens et à la société israélienne.

Lire la suite »

RENCONTRES. Le site Akadem (le campus numérique juif), qui a filmé les conférences du Salon du Livre 2008 consacré à Israël, vient de mettre les vidéos en ligne. L’une des conférences réunissait Amos Gitaï, Etgar Keret et Ron Leshem (auteur de l’ouvrage à l’origine du film ‘Beaufort‘, de Joseph Cedar) autour de la question de l’adaptation des textes israéliens à l’écran. Animé par la journaliste Laure Adler, le débat a été interrompu par une petite manifestation pro-palestinienne : http://sdl.akadem.org/TR_CINEMA.php

(merci à Alia qui a eu la gentillesse de me transmettre le lien).

NEWS. Ca rappelle l’histoire de ‘The Bubble‘, le film d’Eytan Fox sorti l’été dernier sur les écrans français. Une dépêche AFP du 25 mars raconte qu’un Palestinien homosexuel de Jénine a été autorisé par la justice militaire israélienne à résider temporairement à Tel-Aviv aurpès de son compagnon israélien.

Lire la suite »

Un jour tu comprendras, Amos GitaïNEWS. Amos Gitaï a achevé en novembre 2007 son dernier film, ‘Plus tard, tu comprendras, présenté lors de la Berlinale 2008.
C’est l’histoire d’une famille directement frappée par le régime de Vichy, assistant à la retransmission télévisée du procès de Klaus Barbie.
Avec Hippolyte Girardot, Dominique Blanc, Jeanne Moreau et Emmanuelle Devos, ce film confirme le goût du réalisateur israélien pour la France. La sortie est prévue pour avril 2008 sur France 2.

En attendant, on peut toujours aller découvrir Désengagement, avec la jolie Juliette Binoche, dès le 9 avril prochain…

Première avril 2008PRESSE. Festivals, anniversaires, rétrospectives… Le cinéma israélien est en vogue cette année ! Le magazine spécialisé dans le cinéma Première consacre en avril 2008 dix pages à un dossier spécial « cinéma israélien ».

Au programme :
– un panorama en images des derniers succès israéliens du box-office
– un article sur le pourquoi et le comment d’un tel succès
– une interview de Joseph Cedar, réalisateur de ‘Beaufort‘.
– un encadré sur le cinéma palestinien
– un reportage sur le tournage du nouveau film de Schlomi et Ronit Elkabetz.

Beaufort, Oshri Cohen

Beaufort‘, de Joseph Cedar, Israël, 2007,
125 mn.

Nommé aux Oscar comme meilleur film étranger en 2008.

Ours d’argent du meilleur réalisateur au festival de Berlin 2007.

 

CRITIQUE. Les films qui montrent la fragilité du soldat derrière ses apparences martiales sont devenus un genre cinématographique en soi.

Beaufort‘ est de ceux-là. Douze gamins, enfermés dans une forteresse du XIIème siècle, le dernier avant-poste de l’armée israélienne au sud-Liban ; pilonnés par les missiles du Hezbollah, sans droit de riposte ; protégés par des blocs de béton et des mannequins en plastique.

Lire la suite »

Israel Valley)INTERVIEW de Charles Zrihen
directeur du
Festival du film israélien de Paris organisé par l’association Isratim, qui s’ouvrira demain, à Paris au Mk2 Biblothèque, jusqu’au 1er avril.

Propos recueillis par Yasmina Guerda.

(Crédit photo ci-contre : IsraelValley)

Lire la suite »

CRITIQUE. Ca n’a l’air de rien. Une petite intrigue, toute simple, qui dure une petite heure vingt. De petits acteurs. Un tout petit film, quoi.
Petits Héros‘, deuxième long d’Itai Lev, apparaît comme une petite histoire qu’on raconterait aux enfants avant de s’endormir. Bien huilée, simple, rassurante.

En réalité, le film dresse un des portraits les plus complets et les plus précis de la société israélienne d’aujourd’hui.

Lire la suite »

Yasmina Guerda // Etgar KeretRENCONTRE. Ses livres, son film, sont empreints de rêverie. Des miracles y ont lieu, les objets y sont magiques. Parmi ses oeuvres les plus célèbres, Pipelines et ‘Un Homme sans tête‘. Il est notamment le réalisateur des ‘Méduses (écrit par son épouse Shira Geffen) qui a reçu la Caméra d’Or à Cannes en 2007.

L’écrivain et réalisateur israélien Etgar Keret, 41 ans, en visite à Paris à l’occasion du Salon du livre, était lundi soir au Musée d’art et d’histoire du judaïsme (3ème arr.) pour présenter en avant-première un film américain adapté d’une de ses premières nouvelles : La colo de Kneller. Une rencontre avec l’artiste israélien, la journaliste Laure Adler et la chanteuse israélienne Keren Ann a précédé la projection du film (de Goran Dukic, ‘Wristcutters‘).

COMPTE-RENDU.

Lire la suite »

SORTIE. Ca se passe dans le Néguev, terre aride.

L’histoire de trois enfants, trois petits héros. Alicia, une petite russe dotée d’un pouvoir surnaturel qui lui permet de pressentir les dangers. L’histoire d’Erez aussi, qu’elle rencontre et qui décide de la suivre dans une aventure pleine d’obstacles. Lev, enfin.

Ce film, qui sortira le 26 mars en France, est le second long-métrage d’Itai Lev, jeune réalisateur. D’abord documentariste, il s’est lancé dès 2001 dans une fiction intitulée ‘A five minute walk‘, applaudi par la critique mais que nous n’avons pas eu le plaisir de recevoir en France.

Petits Héros‘ a déjà remporté plusieurs prix jeunesse dans divers festivals internationaux : New York, Moscou, Toronto.

Lire la suite »

Pancarte festival film israélien Nice

NEWS. Les dimanches du mois de mars à Nice seront tournés vers le cinéma israélien. Un nouveau festival vient de voir le jour, organisé par l’association Bnai Brith Golda Meir de Nice.

Lire la suite »

NEWS. The Bubble DVDLes films d’Eytan Fox sont comme ça. Ils traitent de mille sujets en même temps et tiennent quand même la route. Ils sont même souvent réussis.

Dernier en date, ‘The Bubble’ (sorti le 4 juillet 2007 en France) a été mondialement plébiscité, avec des prix à Toronto, Berlin, Turin, Los Angeles… Dès le jeudi 6 mars, le public français pourra retrouver Yali, Noam, Ashraf et Lulu en DVD.

Lire la suite »

(Ceci est un avant-papier. Pour lire directement ma critique : ‘Beaufort’: forteresse de l’abandon.)


Beaufort, posterSORTIE. On en entend parler depuis longtemps ; on pourra dès le 26 mars aller voir par nous-mêmes.

Ours d’argent du meilleur réalisateur à Berlin en 2007 et nommé aux Oscar  pour le meilleur film étranger, le film Beaufort de Joseph Cedar, fondé sur le roman de Ron Leshem (publié aux éditions du Seuil), sort enfin en France.

Mai 2000 : l’armée israélienne se retire du Sud-Liban après une occupation de dix-huit ans. Dans l’ancienne forteresse des Croisés de Beaufort, le film suit les jeunes gens censés défendre cet avant-poste. Leur peur.

Lire la suite »

(Ceci est un avant papier. Pour accéder directement à la critique du film, cliquer ici).

SORTIE. My father my lord, posterEncore un premier film. Encore un succès. ‘My Father My Lord‘, (avec Assi Dayan) a remporté le Grand Prix au Festival de Tribeca (mais si ! C’est le festival de Robert de Niro !). Ce premier film de David Volach, sortira dans nos salles françaises le 23 avril prochain.

C’est l’histoire d’un homme, Abraham, qui a voué sa vie à l’étude de Dieu et qui tente de transmettre sa foi à son fils, Menachem. Inspiré de la vie du réalisateur, le film relate le quotidien de cette petite famille orthodoxe de Jérusalem dont la foi sera mise à l’épreuve au cours de vacances d’été au bord de la Mer Morte (le titre original, en hébreu, est « Vacances d’été »)…

Lire la suite »

INTERVIEW. Janine Euvrard est l’auteur de Israéliens-Palestiniens : que peut le cinéma ?, (2005, éditions Michalon), un livre d’entretiens avec réalisateurs israéliens et palestiniens. Elle est également l’intigatrice et organisatrice de la biennale au cinéma Les Trois Luxembourg de Paris Moyen-Orient : que peut le cinéma, dont j’ai déjà parlé dans ce blog. Militante antisioniste de la première heure, Janine Euvrard explique ici sa démarche et son travail pour la paix.

Lire la suite »

PRESSE. Le journal israélien « Haaretz » a publié un article de Daniel Ben Simon sur le nouvel intérêt des Français pour la littérature et la cinéma israéliens. Voici un extrait de la traduction de l’article, publié dans le n°900 de Courrier International (31 janvier 2008).

Le romancier juif et français Marek Halter est assis en face de moi dans un restaurant très chic de l’avenue Montaigne, au coeur du quartier parisien de la haute couture, et il a du mal à maîtriser son enthousiasme. « Vous n’imaginez pas l’engouement des maisons d’édition françaises pour les livres sur les Juifs et sur Israël« , lance-t-il d’une voix tonitruante qui fait se retourner les autres clients du restaurant. (…)

Lire la suite »

NEWS. Le petit dernier d’Amos Kollek, ‘Restless‘, est en compétition pour l’Ours d’Or au festival international du film de Berlin, du 7 au 17 février.

Lire la suite »

ECONOMIE. Dimanche 20 janvier à 11h, le Salon du Cinéma consacrait une table ronde sur l’importance de la co-production pour le cinéma israélien. Plus spécifiquement, la rencontre s’intéressait à la co-production France-Israël. Compte-rendu.

Lire la suite »

OscarsNEWS. C’est la première fois depuis 23 ans. Le film Beaufort‘ de Joseph Cedar, au sujet du retrait de l’armée israélienne du Sud Liban, en 2000, fait partie des cinq films retenus pour le prix du « Meilleur long-métrage en langue étrangère » de la 80ème cérémonie des Oscars©. De quoi consoler de l’absence de la ‘Visite de la Fanfare d’Eran Kolirin pour les raisons déjà évoquées sur ce blog.

Lire la suite »

Isratim 2008

(billet actualisé le 21 janvier 2008 à 21h53)

NEWS. La huitième édition du Festival du film israélien de Paris, organisée par l’association Isratim et intitulée « 60 ans… de cinéma« , aura lieu du 25 mars au 01 avril 2008.

Lire la suite »

Salon du cinéma 2008NEWS. Au parc des Expositions de Paris, la deuxième édition du Salon du Cinéma (du 18 au 20 janvier) s’intéressera au cinéma israélien. Deux tables rondes seront organisées le 20 :

– de 11h à 12h sur la co-production cinématographique France-Israël.
– de 17h à 18h30 sur la formation cinématographique en Israël (avec, entre autres, une présentation des différentes écoles israéliennes de cinéma).

Porte de Versailles, Hall 6, stand 5, Avenue du cinéma.

>> Voir une vidéo sur l’édition 2008 du Salon du cinéma.

 (billet actualisé le 23 janvier 2008 à 20h24)

NEWS. Le 14 mai de cet année sera le soixantième anniversaire de la naissance de l’Etat d’Israël. A cette occasion nombreux seront les festivals qui attribueront une place particulière au cinéma israélien.

Lire la suite »

NEWS. Le Journal web israélien « Ynet » a mis en ligne une vidéo de la conférence de presse que Sophie Marceau et Christophe Lambert ont donné lors du dernier Festival de Haïfa. Interrogés sur le film d’Amos Gitaï qui doit sortir le 2 avril en France, ‘Désengagement‘, ils ont reconnu que le réalisateur avait du talent mais ont tous deux ajouté des critiques quant au film. Christophe Lambert a estimé que « ce n’était pas son genre de film » et Sophie Marceau qu’ « il y a quelque chose qui ne marche pas dans ce film« .

Si vous comprenez l’anglais : http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3454844,00.html

Et si mon avis vous intéresse, merci de cliquer ici !

(Ceci est un avant-papier. Pour lire directement la critique du film, merci de cliquer ici).

Désengagement, Amos GitaïSORTIE. Après ‘Terre Promise‘ et ‘Free Zone, le dernier volet de la « Trilogie des frontières » d’Amos Gitaï intitulé ‘Désengagement‘ sortira le 09 avril prochain en France.

Déjà présenté à la Mostra de Venise (6 septembre 2007) et au festival international de Haïfa (le 20 septembre), le film semble soulever peu d’enthousiasme. Mais déjà beaucoup de polémique.

Lire la suite »

INTERVIEW du réalisateur israélien Udi Aloni, auteur de ‘Left‘, ‘Local Angel‘, et ‘Forgiveness‘. Fils de la Ministre de la Culture de Yitzhak Rabin, Shaulamit Aloni, Udi Aloni a également écrit de nombreux essais politiques et théologiques.
(interview réalisée à Paris le 27 novembre 2007)

Propos recueillis par Yasmina Guerda

Lire la suite »

PRESSE. On s’y attendait, mais on est quand même content de l’apprendre : la presse est unanimement dithyrambique. On regrette cependant (vous verrez par vous-mêmes si vous cliquez sur les liens vers les articles complets) que les critiques aient trop mis l’accent sur l’aspect politique du film et pas assez sur son côté universel et poétique.
Lire la suite »

La visite de la fanfare, Eran Kolirin, poster

CRITIQUE. La visite de la Fanfare, Eran Kolirin (c’est son premier film!).
Avec Sasson Gabaï et Ronit Elkabetz.
Israël, 2006, 91 mn.

VO: arabe, hébreu, anglais.
Sortie officielle en France le 19 décembre 2007 (J-7!).

Avant-première à Paris lors des Rencontres Internationales du Cinéma du Forum des Images, le 2 décembre 2007 au Reflet Médicis, en présence du réalisateur.

Film et rencontre.

Ca commence comme un conte de fées…

Lire la suite »

INTERVIEW. Danny Lerner, Frozen DaysLe réalisateur de ‘Frozen days‘, Danny Lerner, a accepté de répondre à quelques questions sur son film, sorti le 21 novembre 2007 en France.

Propos recueillis par Yasmina Guerda

Lire la suite »

Frozen Days, Danny LernerCRITIQUE. Frozen Days‘ (Yamim Kfu’im),
de Danny Lerner, Israël, 2005, 91 mn
Prix du Meilleur Film au festival de Haïfa 2006
Sortie en France le 21 novembre 2007

Il est rare de voir des films dont chaque plan est une oeuvre d’art. Mais pour son premier long-métrage, Danny Lerner a mis le paquet. Et ce, malgré un budget lilliputien : 17 000 euros. Il ne ressemble à aucun film israélien qui nous est arrivé en France jusqu’ici : à mi-chemin entre ‘Mulholland Drive‘ et ‘Requiem for a dream‘, ce film de Danny Lerner est tout de même moins déjanté qu’il n’en a l’air.

Lire la suite »